Le coût des crédits sont-ils de plus en plus cher ? Comment ça fonctionne ?

 

Depuis maintenant deux ans, une baisse historique des taux d’intérêt a été constatée sur le marché des crédits, plus spécifiquement des prêts immobiliers. Du jamais vu comme dirait certains spécialistes. Après une légère hausse en 2017, une nouvelle baisse sur le taux brut est observée en 2018. De quoi motiver les personnes désireuses de se lancer dans un projet requérant un financement.

Taux d’intérêt bancaire : comprendre le fonctionnement

Un crédit est constitué de plusieurs éléments. En plus du capital emprunté, la banque rajoute le taux d’intérêt et divers frais comprenant notamment les frais de dossier, les assurances, les garanties ainsi que les pénalités de remboursement anticipé. Dans tout ce lot, c’est surtout le taux d’intérêt qui coûte le plus cher à un emprunteur. Son calcul s’effectue sur la base de plusieurs facteurs : la marge de la banque, les frais de fabrication du crédit, la prime de risque (logiciel, rémunération des employés, etc.) et enfin le taux des marchés financiers. Ce dernier est calqué sur le taux directeur appliqué par la Banque Centrale Européenne.

À savoir qu’en matière de crédit, il existe différents types de taux d’intérêt. Le plus classique est représenté par le taux fixe qui comme son nom l’indique, reste inchangé tout au long de la vie du prêt. Il est conseillé pour les emprunts à longue durée et est calculé à partir de l'Obligation assimilable du Trésor à dix ans (OAT dix ans). Le taux variable peut augmenter ou baisser en fonction du marché. Ce qui le rend à la fois avantageux et très dangereux. C’est pourquoi les banques ont créé le taux révisable capé qui est limité par un plafond en cas de trop forte augmentation du taux du marché. À savoir que ce taux est indexé pour sa part sur l’Euribor.

Hausse ou baisse du taux d’intérêt ?

Sur le marché du crédit immobilier, les taux ont connu une importante dégringolade. La baisse la plus historique a été constatée en novembre 2016 où ils tablaient à 1,31% alors qu’un an avant, ils étaient encore de 2,28%. En août 2017, une petite remontée de 1,57% s’est fait ressentir. Et en 2018, le taux brut plonge à nouveau à 1,48% au mois de juillet. Tout cela pour dire que les taux sont actuellement très bas. Cette tendance va-t-elle perdurer ? Pas si sûr. La Banque Centrale Européenne a en effet exprimé sa volonté de cesser sa politique de taux directeurs bas, ce qui va forcément faire augmenter les taux de crédits. Les emprunteurs doivent alors s’attendre à payer plus cher leurs emprunts.

Malgré cette situation, ils ne doivent pas uniquement miser sur un taux d’intérêt bas pour avoir un prêt moins cher. N’oublions pas que le coût dépend non seulement du taux d’intérêt, mais aussi de la durée de l’emprunt, de la somme empruntée et du profil de risque. Il faut donc penser d’ores et déjà à bien soigner son dossier. Et pour trouver facilement un emprunt, il existe toutes sortes de simulateurs de crédits qu’il ne faut surtout pas hésiter à utiliser.

Un crédit vous engage et doit être remboursé. Vérifiez vos capacités de remboursement avant de vous engager.