Rachat de crédit : négocier les frais

 
Rachat de crédit : négocier les frais

Le regroupement de crédit est négociable mais il convient de respecter certaines précautions pour éviter tout refus du dossier.

Banque vs intermédiaire : le pouvoir de négociation

Il est plus difficile de négocier avec une banque plutôt qu’avec un intermédiaire bancaire dans le cadre d ‘une opération de rachat de crédit. La banque dispose de ses propres normes, elle n’accordera pas de rabais sur le coût du crédit, mais il est possible d’entrouvrir les négociations sur les frais bancaires, à condition d’être en position de force avec un dossier solide.

Les intermédiaires bancaires travaillent eux avec des établissements de crédits, ils perçoivent un mandat uniquement si le dossier est financé, ils sont donc dépendants de leurs partenaires bancaires pour toucher une commission. C’est sur cette dernière que la marge de négociation est intéressante.

Exemple de négociation des frais

La rémunération de l’intermédiaire bancaire est estimée entre 4% et 7%. Bien que le pourcentage soit faible, il représente tout de même une petite somme que l’emprunteur devra honorer.

Sur le financement d’un rachat de crédit à 200 000 € avec un mandat à 7% par exemple, la commission de l’intermédiaire s’établit à 14 000 €. Si l’emprunteur  négocie les frais à 4%, il ne paiera que 8000 € (soit une négociation de la baisse de la rémunération de presque 60%). Un gain non négligeable pour repartir sur de meilleures bases.

Négocier jusqu’à 60% des frais

Négocier un rachat de crédit : les précautions

On ne négocie pas un rachat de crédit comme on négocie une voiture, il faut prendre certaines précautions car l’établissement de crédit, que ce soit par le biais d’un intermédiaire bancaire ou en direct a tout de même le dernier mot.

On ne négocie par un rachat de crédit comme on négocie une voiture.

C’est le profil de l’emprunteur qui lui offrira des marges de négociation. Si son dossier est solide, c’est-à-dire un contrat pérenne, un taux d’endettement  en dessous de la limite et l’absence de rejets ou de fichage, l’emprunteur pourra négocier facilement la baisse des frais de dossiers.

En revanche, si l’emprunteur présente des rejets de prélèvements ou de chèque ainsi qu’un taux d’endettement à la limite du rachat de crédit, ce dernier n’aura pas toutes les clés en main pour engager une négociation.

Rachat de crédits : mise en concurrence

De nombreux ménages mettent en concurrence des organismes dans le cadre de la recherche d’une assurance auto, d’une mutuelle ou d’un crédit. Il est possible de le faire en regroupement de crédits mais en opposant deux structures différentes.

A titre d’exemple, les intermédiaires en opérations bancaires travaillent quasiment tous avec les mêmes partenaires. Il est donc inutile de les mettre en concurrence car le partenaire bancaire ne prend en compte qu’un seul dossier, le premier arrivé. Autrement dit, si vous sollicitez deux intermédiaires, le deuxième sera immédiatement bloqué. C’est une perte de temps pour l’emprunteur et pour ce professionnel.

Cela dit, la mise en concurrence peut être efficace si vous comparez une banque et un intermédiaire bancaire. La banque dispose de ses propres fonds alors que l’IOB s’appuie sur les établissements de crédits. Vous disposez de deux offres différentes et vous pouvez comparer sur le coût du crédit, la durée et la mensualité.

Si vous souhaitez solliciter un intermédiaire en opérations bancaires, nous vous conseillons de remplir le formulaire de demande de rachat de crédit présent sur notre site.

Simulez votre rachat de crédits et réduisez fortement vos mensualités Jusqu'à -60%* !